Google+ Followers

vendredi 3 juin 2016

Le Zouave du Pont de l'Alma..



Quand a Paris la Seine gonfle, les Parisiens vont sur le pont de l'Alma pour regarder le Zouave et ainsi scruter si le niveau de l'eau est normal ou pas...

Serge Reggiani l'a appelé Octave dans l'une de ses chansons.. 
Le Zouave, c'est donc cette statue, sculptée par Georges Diebolt, que les Parisiens et les touristes peuvent admirer en flânant aux abords du pont de l'Alma, dans le VIIe arrondissement de la capitale. 



Avec sa culotte bouffante et le fusil sur lequel il s'appuie, l'autre main posée sur la hanche, il représente un soldat des zouaves, ces régiments français d'Afrique du Nord qui se
sont illustrés lors de la guerre de Crimée au milieu du 19e siècle, et plus particulièrement pendant la bataille de l'Alma dont Napoléon III a célébré la victoire en inaugurant ce pont en 1856.
 

A l'origine, le Zouave avait de la compagnie : un chasseur à pied, un artilleur et un grenadier surplombaient avec lui la Seine il y a encore quelques décennies. 


Mais lui seul a été conservé après la reconstruction en acier, et avec une seule pile, du pont de l'Alma au début des années 1970.
  
Le Zouave a alors changé de côté pour s'installer en amont, rive droite.



A la manière d'un thermomètre, le Zouave permet de mesurer à l'œil nu le niveau des crues de la Seine (mais les calculs scientifiques de la montée des eaux du fleuve sont réalisés au niveau du pont d'Austerlitz). 


"En temps normal, ses pieds sont au sec, mais dès que la crue progresse, ses pieds sont dans l’eau", note le site paris.fr. 
Wikipedia indique de son côté qu'il mesure à lui seul 5,2 mètres, mais il est évidemment placé en hauteur.

Difficile, en fait, de trouver des éléments officiels sur celle-ci : lors de la reconstruction du pont dans les années 1970, le Zouave a été placé plusieurs dizaines de centimètres plus haut qu'à l'origine, et toute comparaison avec les niveaux d'eau qui le recouvraient avant cette période est donc faussée. 

Selon l'article du journal Libération consacré en 2007 à la vigie parisienne, "les voies sur berge submersibles commencent à s'inonder quand l'eau lèche sa culotte bouffante", avant qu'"à mi-cuisse" ces routes ne soient "totalement fermées sur les deux rives". 
"Le haut de son pantalon" signale quant à lui un niveau d'eau de 4,30 mètres, celui de sa ceinture "5,50 mètres". 

En 1910, lorsque la crue parisienne avait culminé à 8,62 mètres, le Zouave avait les épaules sous l'eau, en 1955, son coude avait été recouvert, ses cuisses en 1982… 






Aucun commentaire: