Google+ Followers

samedi 17 avril 2010

Cartier Bresson au MoMa





Pour cette première rétrospective depuis la mort du photographe français en 2004, à l’âge de 95 ans, le musée de New York expose plus de 300 photographies prises entre 1929 et 1989 ainsi que plusieurs films.
Le MoMA a choisi de mettre l’accent sur les décennies les plus productives de Cartier-Bresson, allant de 1930 à 1960.

L’exposition commence par des tirages du début des années 1930.
Le jeune HCB a une vingtaine d’années et immortalise quelques scènes de rue comme "Derrière la gare Saint-Lazare, Paris (1932)".
Un peu plus loin dans l'exposition, une autre salle se polarise sur l’après-Seconde Guerre mondiale et les transformations sociales et politiques en Asie, où il a travaillé de 1947 à 1950. C’est le début de la longue carrière en photojournalisme d’HCB.

Les autres salles de l’exposition sont organisées par thématiques.
Allant des débuts de l’industrie moderne aux banquiers de New York, en passant par des images prises à la sauvette en URSS - où il est le premier photographe étranger à être admis –, l’exposition retranscrit la matière humaine vue par Cartier-Bresson.

Peter Galassi est le conservateur de la photographie au MoMA.
La dernière grande rétrospective à New York date de 1979, il y a plus de 30 ans. C’est important pour nous que les jeunes générations puissent connaître le travail des maîtres comme Henri Cartier-Bresson.
Et la mort du photographe en 2004 coïncidait avec l’ouverture de la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris qui a permis aujourd’hui de retracer sa carrière dans sa diversité.
Au moins une pièce sur cinq de l’exposition est parfaitement inconnue du public.
Au début des années 1930, il a apporté à la photographie la clarté graphique du cubisme, puis les thèmes du surréalisme en créant des images pleines de surprises et de mystères. Après la Seconde Guerre mondiale, il a utilisé son même talent pour prendre des photos d’une perfection inhabituelle.
Une poignée de personnages, délimités par le cadre de la photo, suffisent pour appréhender sa vision du monde. Puis, dans les années 1960, quand HCB s’est attaqué au chaos de la modernité, il a développé un style plus complexe. C’est pour faire le tour de cette grande évolution que cette rétrospective a lieu.

"Henri Cartier-Bresson: The Modern Century" est présenté à New York jusqu'au 28 juin, avant d'être exposé à Chicago à partir de juillet, à San Francisco à partir d'octobre puis à Atlanta à partir de février 2011.

Aucun commentaire: