Google+ Followers

dimanche 13 avril 2014

Mister Naudon crée La Jeune Rue dans le Marais





Tom Dixon, Patricia Urquiola,Andrea Branzi, les frères Campana, Marc Ange, Ingo Maurer, Paola Navone, Nendo, Jaime Hayón...tous intéressés par le projet design et culinaire" La Jeune Rue"
qui devrait voir le jour  fin  mai ou la folle idée de Cedric Naudon, un passionné de bonne cuisine qui reprend, au centre de Paris, trentesix commerces de bouche. 




L'homme, qui est très discret, et qui aime parfaire son look avec des beaux et grands foulards en soie aux imprimés raffinés, a mis la main sur des locaux entre les rues du Vertbois, Volta et Notre-Dame-de-Nazareth, et les a métamorphosés en repaires gourmands et arty, avec le meilleur des produits du terroir. 
L'équation parfaite pour faire le buzz et attirer le bobo-bio-citadin.

Au menu, l'Espagnol Jaime Hayón signe une meunerie (qui plante, récolte et moud son blé ), les frères Campana un restaurant de poissons, Eugeni Quitllet une fromagerie, Tom Dixon une épicerie, Ramy Fischler un bar à huîtres, Michele De Lucchi une boucherie, Marc Ange un marché couvert avec fruits etlégumes, Patricia Urquiola un resto italien, Vincent Darré un glacier, Jasper Morrison un bar à tapas, A+A Cooren une quincaillerie, Ingo Maurer un café speakeasy, Paola Navone un street food coréen, Nendo une pâtisserie, Julie Boukobza une galerie d'art contemporain, et Andrea Branzi, en association avec MK2, un cinéma (ouverture prévue en 2015), qui s'annonce comme un haut lieu culturel du quartier...



Ce jeu de Monopoly gastronomico-esthético-immobilier. n'a pas de prix, enfin le montant de l'opération reste top secret. 
Secret comme Mister X , le surnom donné par le Financial Times à Monsieur Cedric Naudon!








Français d'origine marocaine et italienne il a fait fortune dans la finance et dans le concept store avec sa femme aux Etats-Unis, avant de rentrer en France en 2003  pour se consacrer à sa passion des métiers de bouche. 

En 2012, il rachète ainsi Le Sergent Recruteur, ex-adresse touristique sur l'île Saint-Louis, qu'il transforme en repaire gourmet et branché en faisant appel à Jaime Hayón côté déco et au jeune chef Antonin Bonnet pour la cuisine, lequel récolte une première étoile dans la foulée.

Mais l'épicurien quadragénaire qui a fondé Behind the Scene, «éditeur de lieux à vivre et à manger», voit plus grand et s'affiche en humaniste défenseur du patrimoine gastronomique français : «La Jeune Rue doit proposer des produits vertueux, vendus au juste prix, en fonction des saisons et sans intermédiaires de la ferme à Paris», dit-il.






Des artisans de renom (Perrine et Charles Hervé-Gruyer pour les légumes, Jacques Abbatucci pour la viande) fourniront les matières premières qui aboutiront sur une plateforme de 10 000 mètres carrés à Bercy où des ateliers de découpe et de préparation fourniront La Jeune Rue en direct et en exclusivité. «Nous allons créer 250 emplois dans le quartier. C'est un projet atypique pour Paris, mais aussi pour la profession. » 

Un projet qui tord le cou aux grincheux qui pensent encore qu'à Paname, il ne se passe plus rien.

Aucun commentaire: