Google+ Followers

samedi 27 mars 2010

Charlie Winston à La cigale


On ne présente plus Charlie Winston, le chanteur « hobo » au chapeau.
Depuis la sortie de son album début 2009, on ne parle que de lui.
Après avoir passé une année à courir les festivals et à remplir toutes les salles de France, le chanteur est de nouveau au centre de toutes les attentions à l’occasion de son concert pour « Elle en scène ».

Son background
Charlie Winston naît dans le nord-est de l’Angleterre le 14 septembre 1978. Quand il a 8 ans, ses parents achètent un hôtel dans lequel des concerts ont lieu tous les week-ends.
Il commence alors à apprendre la batterie, puis à 10 ans se met au piano, à la basse à 18 ans et à la guitare à 21.
Sa famille
Charlie a deux frères et une sœur. L’un de ses deux frères est un chanteur très populaire en Grande-Bretagne, Tom Baxter.
Avant de jouer en solo, Charlie Winston a été bassiste dans le groupe de ce même frère.
Son look
Reconnaissable entre mille, Charlie Winston a depuis ses débuts revêtu les habits du « hobo ».
Lui qui adore voyager, prendre le train, être sur la route, il affiche une soigneuse barbe de trois jours et ses éternels chapeaux qui lui rappelle Humphrey Bogart. Il en possède une dizaine.
Ses débuts
En 2000, Charlie a la bougeotte. Il veut voyager.
C’est alors qu’il part vadrouiller en Inde, « le voyage initiatique » de sa vie comme il le définit lui-même.
Il y apprend à jouer des tablas, un instrument de percussion.
A son retour, il compose des musiques pour des courts-métrages et des publicités. Alors qu’il accompagne son frère dans un studio, Charlie fait la rencontre de Mélanie, la fille de Peter Gabriel.
Le chanteur soutient le jeune artiste et lui fait signer son premier contrat sous son propre label, les studios RealWorld.
La chanson qui l’a fait connaîtreEn 2007, Charlie sort son premier album, « Make Way » dans lequel figure déjà la chanson « Like a hobo ».
Sauf qu’elle dure plus de cinq minutes… ce qui est trop long pour ses nouveaux producteurs, le label français Atmosphériques.
On lui demande de la retravailler et de la raccourcir.
Début 2009, la chanson passe d’abord au Grand Journal de Canal+ puis sur toutes les ondes, c’est le tube de l’année.
L’album « Like a hobo » s’est vendu à 400 000 exemplaires en 2009.
Ses influences
Lui qui rêvait d’être pianiste de jazz quand il étudiait la musique à la Brunel University, il se réclame d’influences diverses.
Ses références musicales s’appellent Ray Charles ou Nick Cave et son chanteur préféré est Tom Waits, un chanteur américain à la voix rocailleuse.
Ses habitudes
Depuis plusieurs mois, Charlie Winston a posé ses valises à Paris.
Il vit dans le 11e et adore circuler à vélo dans les rues de la capitale.
Cet amoureux de la France adore aussi nager, se balader jusqu’à ce qu’il se perde dans Paris après avoir bu un café fort, son premier geste du matin.
Le soir, il arpente les bars de quartier et n’hésite pas à pousser la chansonnette… Son équipe
Charlie Winston, c’est en fait quatre personnes. Lui, il s’occupe du clavier, de la guitare et du chant mais il y a Medi à la batterie, Daniel à la basse et Ben à l’harmonica. Tous sont des amis de longue date.
Ses projets
Après une tournée d’un an dans la France entière. Il a donné un concert géant au Zénith en début d’année et sorti un quatrième extrait de son album, « I love your smile ».
Il fait tourner Audrey Tautou dans son clip et s’apprête à monter sur scène le 19 avril dans le cadre du « Elle en scène ».
L’anglais, adulé par les frenchies, se voit enfin reconnu par les siens.
Il fera en 2010 une tournée en Ecosse, en Angleterre puis ira au Canada et aux Etats-Unis.
Sa devise
En véritable philosophe, Charlie reprend à son compte une phrase de Bob Dylan, « si tu n’as rien, tu n’as rien à perdre ».
Une devise qui correspond à sa vision de la vie. « Un hobo, c’est quelqu’un qui prend sa vie en main » rajoute-t-il.

Aucun commentaire: