Google+ Followers

dimanche 27 septembre 2009

Le festival de Besançon 2009, aurevoir l'Italie..


"Le Festival de musique de Besançon rêve d'Italie"

La 62e édition (11-26 septembre 2009) a pour thématique "le voyage en Italie" et accueille un concours de chefs d'orchestre.
Le festival patronne en outre le 51e Concours international de jeunes chefs d'orchestre.

Vingt participants, de 14 pays différents, ont été sélectionnés parmi 247 candidats.S'il restait mercredi six demi-finalistes, seuls trois doivent participer à la finale samedi 19 septembre, à l'issue d'une nouvelle sélection.
Le prestigieux BBC Symphony Orchestra de Londres a assuré, dès les quarts de finale, les épreuves du concours organisé tous les deux ans depuis 1951. La venue d'un orchestre étranger pour cette compétition s'avère exceptionnelle. Cette année, selon les organisateurs, "le niveau est globalement plutôt élevé par rapport aux années précédentes, notamment en Chine" dont sont originaires trois candidats.Pour la finale le 19 septembre, une oeuvre pour grand orchestre, "Times", clin d'oeil à Besançon, la "ville du temps", a été programmée en création mondiale.

Elle a été composée par Edith Canat de Chizy lors d'une résidence d'un an dans la ville.

Parmi les anciens lauréats du Concours de chefs d'orchestre, figurent Seiji Ozawa, Michel Plasson, Alexander Gibson ou Zdenék Macal.

Quant au festival de Besançon à proprement parler, il programme jusqu'au 26 septembre quelque 60 concerts incluant des oeuvres de référence ou des pièces plus rares jouées par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, Elisabeth Chojnacka, Lorin Maazel, Jiri Belholavek ou l'Orchestre national de Lyon.

En ouverture le 11 septembre, l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo devait jouer l'"Italienne" de Felix Mendelssohn sous la direction de Luke Dollman (qui remplaçait Zdenék Macal, souffrant).

En association avec le label Zig-Zag Territoires, en collaboration avec l'Ensemble 415 et la compagnie Nine Spirit, 17 musiciens devaient se réunir et confronter leurs univers respectifs: baroque, contemporain et jazz.Toujours dans une perspective d'ouverture, sous le "Magic Mirror", un chapiteau de bois érigé pour l'occasion à Besançon, divers genres musicaux -swing manouche, folk, blues, jazz, chanson française et musique arabo-andalouse- doivent se croiser et se côtoyer...>>


Aucun commentaire: