Google+ Followers

mercredi 17 décembre 2008

Le bon CV

Internet oblige, les recruteurs reçoivent de plus en plus de candidatures en réponse à une annonce, parfois même plusieurs centaines.
Résultat, ils doivent les traiter avec davantage de rapidité, surtout dans les secteurs où l’on s’arrache les bons profils.
Suivons le parcours de votre CV une fois entre leurs mains.
Un coup d’œil rapide, et son sort est scellé
Ne vous faites pas d’illusions, la première impression est toujours la bonne pour un recruteur. D’un œil acéré et en moins de 2 minutes (30 secondes dans certains cas !), il balaye votre CV à la recherche du lien entre le poste proposé et 3 informations principales :
vos compétences, votre expérience professionnelle, votre formation.
« Après ce premier tri, il reste en moyenne 30 à 40 % des candidatures reçues, déclare Sébastien Laboutade, DRH du groupe Altimate, car le reste ne répond pas aux exigences de l’annonce.
Cependant, d’autres éléments peuvent accrocher le recruteur :
des noms vendeurs (école ou entreprise connue) par exemple, ou toute information qui crée une « connexion » avec le poste à pourvoir.
Par ailleurs, comme l’indique Noël Feunteun, responsable recrutement pour GFI Informatique : « certaines entreprises sont plus ouvertes que d’autres, et retiennent des candidatures atypiques aussi ».
Une deuxième lecture plus attentive des CV retenus permet au recruteur de préparer la seconde phase de la sélection : l’appel téléphonique.
Un coup de téléphone décisif
Il reste toujours des questions en suspens après la lecture d’un CV.
Si vous avez passé la première étape avec succès, un appel téléphonique viendra le compléter.
Il s’agit d’abord pour le recruteur de vérifier certaines informations.
Si vous avez déclaré être bilingue par exemple, il va vous tester (il est souvent déçu sur ce point d’ailleurs !).
Certains ont inscrit qu’ils sont diplômés, on découvre qu’ils sont en dernière année d’études… d’autres se montrent plus évasifs sur leur poste actuel, etc. , relate Sébastien Laboutade.
Bref, une vérification qui n’est pas inutile !
Cet appel permet aussi au recruteur d’éclaircir les « zones d’ombres » de votre CV (pourquoi des changements d’employeur fréquents, pourquoi ne pas être allé au bout de tel diplôme…) et de vous questionner sur d’autres aspects tels votre mobilité, votre disponibilité, et parfois même vos prétentions salariales.
Mais ce n’est pas tout.
Il veut « sentir » votre personnalité : comment vous vous exprimez, si vous êtes à l’aise, toujours motivé pour le poste, etc.
Ce second écrémage permet de conserver 15 à 20 % des candidatures initiales.
Les profils qui semblent les plus pertinents se verront proposer un rendez-vous rapidement.
Ce qu’ils apprécient:
Soignez la forme : vous gagnerez des points.
Si le CV est précis et synthétique, on en déduit logiquement que la personne est rigoureuse , confirme Sébastien Laboutade. -
Mettez un titre (et le bon) : trop de candidats oublient encore de mettre un titre ; certains le font mais il ne correspond pas toujours au poste.
Allez à l’essentiel : rien de plus agaçant que de chercher l’information dans un CV.
Elle doit sauter aux yeux du recruteur.
Les compétences-clés doivent être mises en avant.
Si on est bilingue cela doit apparaître de suite , conseille Noël Feunteun.-
Donnez des informations factuelles : tel un détective, le recruteur apprécie les faits, et encore les faits.
Pour les commerciaux, indiquez des chiffres, pour les managers, le nombre de personnes encadrées…
Les CV qui les font fuir-
Le CV intitulé « Curriculum Vitae » : bien sûr que c’est un CV, pas besoin de le préciser…-
Le CV rempli de fautes d’orthographe est la bête noire des recruteurs, et ce quel que soit le secteur d’activité. C’est bien sûr carrément éliminatoire pour certains postes. -
Le CV « carnaval » : rempli de couleurs ou autres décorations, il perturbe fortement la lecture. Si ce n’est peut-être dans certains secteurs (et encore faut-il faire preuve de bon goût), il est à proscrire.-
Le CV qui veut trop en dire : « ce matin encore, j’ai reçu un CV de 16 pages ! », raconte Sébastien Laboutade. Vraiment trop pour quelqu’un qui n’a que quelques minutes à vous consacrer. N’oubliez pas que votre CV ne doit pas tout dire, mais donner envie de vous rencontrer.-
La photo prise avec la webcam : un peu floue, avec en arrière-plan le mur de votre chambre où trône un poster des Red Hot’… Mauvais effet garanti.

Aucun commentaire: