Google+ Followers

mercredi 22 octobre 2008

Le diable s'habille à Savile Row


À Londres, cette rue est mythique en matière d’élégance masculine.

On y vient pour ses costumes bespoke, pièces uniques taillées aux mesures du sujet, dont l’allure et le prix donnent le vertige.
Londres. Le premier choc de Savile Row, c’est ce silence.
Comme si l’air s’habillait de tweed. On est presque tenté de marcher sur la pointe des pieds, de mettre des feutrines sous les roues des automobiles, l’index sur la bouche du métro de Green Park.
Vous pensiez marcher impunément sur le Row. C’est trop tard. Maintenant, il y aura un avant et un après. « Pourquoi je m’habille ici, confie cet élégant sous réserve d’anonymat ? Parce que j’aime la relation avec le vendeur. J’existe en tant que tel, je porte un costume, et non le contraire. J’évolue dans un monde superficiel, mais je n’ai nullement envie de ressembler à un serveur de chez Costes, en costume noir et chemise noire.
Mon costume de Savile Row, mes vestes, mes pantalons me protègent du monde. Ils me donnent un réel recul. Ici, je suis un dandy, mais je sais qu’à Paris on me prendrait pour un supercrétin. »
Toutes les icônes de l’élégance sont passées dans cette rue : Fred Astaire, Beau Brummell, Marlene Dietrich, Roger Moore, le prince Charles
Ici, les artistes les plus cinglants ont nourri leur créativité dans une désobéissance de velours profond et de nuit en satin blanc : John Lennon, Mick Jagger, David Bowie, Ray Davies, Nick Cave
Aujourd’hui, si vous restez quelques moments le long du Golden Mile (Savile Row pour les intimes), vous risquez fort de croiser sur le côté est – plus classique – le duke of Devonshire et, sur l’autre versant de la rue, le West Side, Pete Doherty, leader déjanté des Baby Shambles. Sur Savile Row, le monde est simplifié.
Il balance entre Bentley et Porsche, joueurs en Bourse et icônes de mode.
Lorsque l’on pousse la porte d’une de ces adresses cultes, deux siècles vous tombent soudainement sur les épaules.
Même correctement habillé, on ne se sent pas seulement intimidé, mais un brin minable, démonétisé, quelconque, apprêté.
Pardon : prêt à porter. Le pantalon est approximatif, les manches de chemise taillées à la hache, la veste à l’ouest.
Les Anglais, certains en tout cas, s’habillent aussi bien que nous mangeons.
Ils ont le redoutable privilège d’avoir des codes excluants.
Dans des expressions aussi superficielles que la mode, ces derniers fonctionnent parfaitement. L’uniforme de l’école est l’un des actes fondateurs de leur élégance tout en paradoxes.
Tout le monde y est passé, et même iconoclastes, ils continuent d’afficher un chic de tous les diables.
Le costume "bespoke", une pièce unique
Mais ce chic a un prix.
Et à Londres, les prix sont ivres d’eux-mêmes.
C’est tout juste si le timbre-poste ne se vend pas chez Hermès.
C’en est décourageant. Pour un costume bespoke (entendez : pièce unique entièrement conçue selon vos mesures, un cran au-dessus du sur-mesure), la note s’élève à environ 3 000 livres, auxquelles s’ajoutent deux ou trois séjours à Londres pour les essayages, soit 5 000 à 6 000 livres.
Ou si vous préférez 7 600 euros et, pour être définitivement clair, 49 500 francs. Au début, on rit nerveusement.
Ensuite, on se sent bizarre. On touche à peine le costume, de crainte qu’il ne nous morde.
Mais le plus redoutable reste à venir.
Lorsque vous faites un essayage, le sortilège commence.
Votre carte de crédit miaule douloureusement, c’est trop tard.
Ressortir intact de Savile Row devrait vous verser automatiquement dans l’ordre du Mérite.
Car un costume comme ceux de Anderson & Sheppard, ce n’est pas seulement divin, c’est renversant. Vous voilà dans un autre rapport à vous-même.
Finis les costumes sympas et les chemises flottantes, vive le rapport à soi, le triomphe de la légèreté, la veste à un bouton !
On entre dans une expérience, l’apesanteur du « feel » et du « fit ».
En endossant les costumes de Savile Row, vous allez rejoindre le clan des légers, cavaliers et autres dandys aux paupières mi-closes ; ceux qui ont admirablement scié la branche de leur vie : Oscar Wilde, l’empereur du Mexique, le roi Edward VIII, qui abdiqua pour les beaux yeux de Wallis Simpson.
Sachez qu’en costume made in Savile Row vous ne serez jamais capitaine d’entreprise, ni responsable financier ou contrôleur de gestion.
Vous leur avez laissé la conduite du monde. Vous êtes assis sur la banquette arrière.
Les dix adresses de Savile Row
1 – GIEVES & HAWKES
On se souviendra des manteaux immaculés des princes William et Harry au mariage du prince de Galles et de la duchesse de Cornwall (2005), réalisés dans les ateliers de cette adresse légendaire. La maison est immense, à l’image de la patience des tailleurs capables de tout, même de l’impossible. Générique impressionnant : toute la royauté mondiale, Roger Moore… Premier prix en bespoke : 3000 livres (sur-mesure : 695 livres).1 Savile Row. Tél. : 00.44.20.7434.2001. 2 – GET BACK
Une génuflexion s’impose devant cet immeuble sur le toit duquel les Beatles enregistrèrent « Live», la chanson de leur dernier album. 3 Savile Row.
3 – Anderson & Sheppard
Ne cherchez plus cette maison mythique, elle a déménagé juste à côté.
Dirigée par Anda Rowland et John Hitchcock, la légende continue avec des coupes magistrales (épaules douces) et un casting de rêve : du prince Charles à Tom Ford, en passant par l’histoire de l’élégance dont Fred Astaire reste l’icône tutélaire. Le rêve de tout dandy débute à 2 900 livres. Lorsque Tom Ford passa, il commanda illico dix costumes, un acte fondateur pour sa future maison. 32 Old Burlington Street. Tél. : 00.44.20.7734.1420.
4 – KILGOUR
Sous la houlette de Carlo Brandelli, cette adresse entre dans la mode de plain-pied avec un magasin de prêt-à-porter, tout en conservant ses ateliers de costume bespoke dont le ticket d’entrée tourne autour de 2900 livres, le sur-mesure restant dans les 785 livres. La ligne Kilgour se veut élancée, athlétique, avec des épaules nettes et structurées. Clients fidèles : Eric Clapton, David LaChapelle, Bryan Ferry… 8 Savile Row. Tél. : 00.44.20.7734.6905.
5 – DEGE&SKINNER
Depuis 1880, on reçoit les hommes bien taillés aux épaules carrées, sportifs, cavaliers et militaires. Temple de la précision, Dege&Skinner habille aussi Michael Jackson et George Bush senior. 10 Savile Tow. Tél. : 00.44.20.7287.2941.
6 – LANVINC’était le rêve d’Alber Elbaz, grand admirateur de Savile Row. Il effectue une entrée tonitruante avec, bien entendu, un atelier bespoke, mais aussi des coups de dingue, comme ces étoles en vison et autres sortilèges contemporains. 30-32 Savile Row.
7 – HENRY POOLE & CO
Institution fondée en 1806, plébiscitée par les dandys et le gotha couronné, de Napoléon III à Hailé Sélassié en passant par Buffalo Bill. « Poole mène, les autres suivent » serait la devise de cette institution dont les costumes _bespoke sont proposés à partir de 2 500 livres. 15 Savile Row. Tél. : 00.44.20 7734.5985.
8 – OZWALD BOATENG
L’adresse la plus flashy et souvent enthousiasmante dans une vision contemporaine et débridée du costume bespoke réalisé par l’ex-mentor de Givenchy. Jamie Foxx, dans Miami Vice, de Michael Mann, est une des plus belles illustrations de la veste trois boutons, avec un travail remarquable sur la tête de manche, le cintrage et couleur de la doublure. 12A Savile Row. Tél. : 00.44.20.7440.5230.
9 – RICHARD JAMES
Belle boutique claire et spacieuse, avec de superbes costumes prêts à emporter (à partir de 600 livres) mais surtout avec un secteur bespoke, où les tarifs débutent à 2 290 livres, sans oublier des accommodements sur mesure moins saignants (1 100 livres). Très fort dans les silhouettes un bouton (qu’affectionne Pete Doherty) et réputé pour son sens des couleurs, Richard James accueille régulièrement Mick Jagger, Jarvis Cocker, sir Paul McCartney, Hugh Grant, Madonna, Mario Testino… 29 Savile Row. Tél. : 00.44.20.7434.0605.
10 – SPENCER HART
Nick Hart appartient à cette nouvelle vague désarmante.
Respectueux des grands, il est reconnu pour son approche romantique du costume, cool et subtilement classique (ce fut l’un des premiers à réintroduire la chemise blanche, dont il propose une vingtaine de modèles).
David Bowie y vient souvent, à l’instar de Jamie Foxx, Placebo, Jay-Z… Les prix débutent à 3500 livres. Jolie veste de voyageur à 1 950 livres (boum !). 36 Savile Row. Tél. : 00.44.20.7434.0000.

Aucun commentaire: